AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 choi kyung ae ⊱ empty vessels make most noise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

PSEUDO : hyonie.
CÉLÉBRITÉ : choi min ho. ♥
MESSAGES : 153
DATE D'INSCRIPTION : 21/05/2013
DISPONIBILITÉ RP : totally open.
DOUBLE COMPTE : la belle Rodriguez Kathleen T.
ÂGE : 27
DATE DE NAISSANCE : 07/01/1991
NATIONALITÉ : nord-coréenne.
HUMEUR : fatigué de certaines choses, peut-être un peu blasé aussi.
EMPLOI : barman à Broadbeach.
CÔTÉ ♥ : c'est assez compliqué, mieux vaut ne pas y penser.
LIENS IMPORTANTS :
ficheliensphonemail


MessageSujet: choi kyung ae ⊱ empty vessels make most noise   Mar 28 Mai - 11:57


Choi Kyung Ae
early to bed and early to rise makes a man healthy, wealthy, and wise


PASSEPORT
NOM: Choi.
PRÉNOM: Kyung Ae.
ÂGE: 22 ans.
DATE DE NAISSANCE: Sept janvier quatre-vingt-onze.
NATIONALITÉ: Nord-coréenne.
ORIENTATION SEXUELLE: Hétérosexuelle.
SITUATION: Célibataire et pourtant pas un cœur à prendre.
FILIÈRE/ÉTUDES: Double cursus en langues étrangères et arts de la scène, troisième année.
EMPLOI: Barman à Broadbeach, le soir seulement.
GROUPE: I'm a Golden Pupil.
AUTRES INFORMATIONS: Il est allergique au chlore et doit prendre des médicaments avant d'entrer dans une piscine - il ne tient pas l'alcool du tout, un simple verre suffit à lui faire tourner la tête - il angoisse lorsqu'il croise les autorités - il ne supporte pas les personnes qui se croient tout permis.
CÉLÉBRITÉ: Choi Min Ho. (SHINee)
POSTE VACANT: Oui.

CARACTERE
Grand brun ténébreux aux yeux presque aussi noirs que le fond des océans et aux allures d'un véritable mannequin. Voici Choi Kyung Ae, un jeune nord-coréen de vingt-deux ans étudiant en langues étrangères et en arts de la scène. À première vue, c'est facile de penser qu'il s'agit là d'un imbécile snob et imbu de sa personne, passant ses journées dans les salles de sport pour entretenir ses muscles plutôt que sa culture. Et pourtant, lorsque l'on peut se venter de le connaître, on peut affirmer le contraire. Kyung Ae prend soin de son physique, inutile de le cacher. Mais de là à en faire une fixette comme certain, ce serait exagéré. Il s'agit tout simplement d'un jeune homme qui aime faire attention à lui et surtout, passionné de sport. En particulier, d'athlétisme. Il ne se passe pas une semaine sans que le grand brun ne se rende à un cours dans cette discipline. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il s'est inscrit dans un club d'athlétisme à l'université. Le sport représente beaucoup de choses pour lui. Dans les mauvais moments, cela lui permet de se défouler et il est capable de se dépenser des heures durant sans faire de pause. Évidemment, il reste un être humain et s'il en fait trop, les effets ne tardent pas à se faire sentir. La danse est également un sport qui lui plaît beaucoup. Un peu plus que l'athlétisme même et pourtant, passionné de musique, il lui est arrivé de rêver de célébrité et de succès. Quel coréen n'a jamais souhaité devenir un artiste de la KPOP ? Vraisemblablement très peu. Et pour combler son côté artiste, rien n'est perdu. En effet, maintenant qu'il étudie les arts de la scène dans l'une des plus prestigieuses universités, peut-être qu'un jour ce rêve un peu fou se réalisera.

Plus jeune, c'était une évidence pour lui qu'il ferait carrière dans la musique, malgré le contexte de vie dans lequel il a grandi. Il envisageait même d'intégrer une agence en tant que Trainee afin de devenir une des plus grande idole du pays du matin calme, un joli rêve impossible à toucher du doigt à l'époque. Finalement, les choses ne se déroulèrent pas comme il l'avait pensé. En effet, en vivant en Corée du Nord, ce genre d'avenir était impossible mais ses parents l'aidèrent à fuir vers un avenir meilleur. La célébrité n'est qu'éphémère, c'est certain, mais même s'il ne réalisait pas ses rêves ce serait toujours mieux que l’oppression. Et ses parents ne lui dirent rien quant à ses projets. Monsieur Choi savait d'ailleurs, son fils a toujours été quelqu'un d'influençable et ça n'aurait pas été difficile de lui sortir ses idées de la tête seulement, le rendre malheureux n'était pas son but d'autant plus que le garçon entrerait à peine au lycée. Depuis sa plus tendre enfance, Kyung Ae est un élève sérieux et intelligent. À l'époque, bien que ce soit plutôt normal dans un tel pays, il avait également la réputation d'être très disciplinés, au même titre que sa sœur cadette d'ailleurs. Néanmoins, le parcours semé d’embûches de son évasion réveilla en lui deux traits caractères assez opposés. D'un point de vue positif, découvrir un monde où tout semblait possible ne tarda pas à la rendre ambitieux. Dans tous les domaines, le coréen cherche à aller toujours plus haut et toujours plus loin. Comme le dit un proverbe chinois, « la perfection est un chemin, non une fin ». Mais comme pour la plupart des nord-coréens en fuite, il est devenu affreusement nerveux. Avide de réussite et de succès, le coréen se met à stresser dès que la situation lui échappe ou qu'il pense à son passé. Et autant le dire, dans ces moments-là, il devient la personne à éviter à tout prix. Lunatique, ses angoisses le changent totalement et c'est à un tout autre Kyung Ae que l'on fait face. Un Kyung Ae arrogant auquel il ne faut surtout pas adresser la parole au risque de vous prendre un vent monumental. Profondément désagréable, il lui arrive même de se montrer grossier lorsqu'on le cherche trop... chose qui, d'ailleurs, n'arrive pas souvent puisque beaucoup connaissent ce côté là du jeune homme et préfèrent éviter de l'énerver. En effet, même si ce n'est pas dans sa nature d'être méchant, il reste mature et responsable, capable de clouer le bec de n'importe qui avec des arguments bien trop plausibles pour être discutés.

À savoir que, même ses proches ne sont pas épargnés lorsqu'il se met dans de tels états. Évidemment, ce n'est pas un imbécile et une fois ses angoisses terminées, il réalise que son comportement était mauvais mais se trouve être bien trop fière pour s'excuser de quoi que ce soit. Ceux qui le connaissent réellement savent qu'il regrette et n'exigent pas plus de sa part. Ces personnes sont assez rares, d'ailleurs. Le nord-coréen n'aime pas parler de lui, très réservé sur sa vie privé, il n'a jamais parlé de son passé à qui que ce soit hormis la famille Bang. Pourtant populaire grâce à son physique plus qu'avantageux, il reste fidèle à lui-même et discret à toute épreuve. Son côté mystérieux semble même le rendre encore plus attirant aux yeux des filles. Déjà charismatique, il ne lui manquait plus grand chose pour être qualifié de « beau garçon inaccessible ». Peu de filles ont trouvé le chemin de ses bras en vingt-deux ans, non pas qu'il soit homosexuel, bien au contraire. Seulement, il est bien trop occupé avec le reste pour s'occuper de la gente féminine. C'est une chose dont il n'aime pas parlé mais... Kyung Ae n'a réellement fréquenté qu'une seule fille dans sa vie. Lorsqu'il y pense, son esprit se perd au milieu de centaines d'interrogations et de regrets auxquels il ne trouve aucune solution. Si Jynn a été la seule, est-ce par manque de temps de sa part ou tout simplement parce qu'il n'arrive pas à l'oublier ? Ce qu'il se passe dans son petit cœur est un sujet tabou et le coréen a horreur d'en parler. S'il laisse volontiers ses amis le taquiner là-dessus, mieux vaut pour eux qu'ils n'insistent pas trop s'ils ne veulent pas subir ses foudres. Pas qu'il se fiche de perdre ses amis, au contraire. Mais il reste un homme indépendant. La solitude ne l'effraie pas le moins du monde et avec les études qu'il a entrepris, c'est devenu une habitude. Tout le monde le sait, faire des études et surtout un double cursus équivaut à sacrifier sa vie sociale. Réaliste, Kyung Ae ne s'attendait pas à un miracle et se doutait bien que certaines personnes lui tourneraient le dos à cause de son manque de temps.

Désormais , ne devient pas son ami qui veut. Le coréen accorde difficilement sa confiance et c'est un long chemin à traverser avant de pouvoir se dire que le brun nous considère comme partie intégrante de sa vie. Aujourd'hui, très peu de personnes peuvent se venter d'en être et peu réussiront à entrer dans ce cercle très fermé, au moins jusqu'à ce qu'il obtienne son diplôme. Sur le coup, c'est difficile de croire qu'il est sociable. Au contraire, il donne l'image de quelqu'un de fermer et inaccessible aussi bien sentimentalement qu'amicalement. Et pourtant, une fois qu'il ouvre son cœur, c'est pour de bon. Drôle et même attachant, c'est l'ami idéal dans toutes les situations. Peu importe l'heure, le jour et le mois, Kyung Ae est présent et disponible pour son entourage. Toujours prêt à aider et à conseiller. Parfois un peu trop directe et franc dans ses propos, ce n'est en rien une preuve de méchanceté. C'est au contraire sa manière de montrer qu'il tient à vous. Au début, cela peut-être difficile à accepter, c'est vrai. Mais avec sa fierté purement masculine, c'est presque impossible pour lui de déballer des phrases du genre « je serais toujours là pour toi » et les « je t'aime » n'en parlons pas. Bien qu'il soit mal à l'aise devant les personnes qui pleurent, c'est un ami attentionné et même s'il ne sait pas toujours quoi dire, il trouve le moyen de remonter le moral. Pour finir, même si peu de gens font partie de son entourage, sa claustrophobie est une information connue nationalement. Évidemment, j'exagère. Choi Kyung Ae est tout simplement un jeune coréen avec ses qualités et ses défauts. La perfection n'existe pas et il en est la preuve vivante, même si finalement, c'est quelqu'un de bien.
ONE UPON A TIME...
C'est paradoxalement un jour ensoleillé que le petit Kyung Ae vit le jour, premier fils de monsieur et madame Choi. Paradoxalement, oui, puisque c'est en Corée du Nord que la naissance se déroula. Et qui dit Corée du Nord, sait pertinemment que l'avenir du garçon ne sera pas tout rose. C'est dans la ville de Pyongyang, plus exactement, que Choi Yoon Hee mit son enfant au monde. Et malgré le contexte, la couple fut le plus heureux du monde d'accueillir un nouveau membre dans la famille, promettant de l'aimer et de le choyer tant que durera leur vie. Littéralement noyés sous la pauvreté, le salaire du désormais papa Choi Ji Hyun comme seul revenu, la petite famille pouvait à peine se nourrir et ne pouvait pas se permettre de gâter leur enfant autant qu'ils l'auraient souhaité.

Pourtant, cela n'empêcha pas le jeune garçon de grandir correctement. Évidemment, il ne connut pas l'épanouissement total à cause de l'univers plutôt glauque dans lequel il vivait. Mais ne connaissant que ça, il était habitué en fin de compte. Vivant dans la misère, il comprenait la valeur de l'argent même s'il se doutait que les pays voisins n'avaient pas les même problèmes. Durant toute son enfant, il passa son temps à rêver de « l'extérieur » comme sont qualifier les autres pays par les nord-coréens. Secrètement, il rêvait d'une vie libre et de succès, comme les artistes de KPOP qu'il entendait parfois à la radio lorsque les sud-coréens arrivaient à pirater la ligne, en quelque sorte. Mais Kyung Ae ne voulait pas faire part de ses rêves à ses parents. Non seulement parce que c'était absolument impossible de quitter le pays, mais également parce que ça leur ferait de la peine alors qu'ils étaient occupé avec sa petite sœur de trois ans sa cadette. Les deux enfants étaient connus pour être très bien éduqués et respectables, de véritables modèles pour les autres familles dont les enfants ne rêvaient de rébellion et de la chute de cette monstrueuse dictature. Avaient-ils tord ? Bien sûr que non.

C'est l'année de ses quinze ans, alors qu'il avait abandonné tout espoir et qu'il se contentait de suivre sa pauvre scolarité, que ses parents prirent une décision qui changerait sa vie pour toujours. Ce ne fut pas facile à entendre au début. Assis sur son lit, le maigre garçon regardait ses parents d'un air horrifié, les larmes envahissant ses grands yeux marrons. Alors, voilà ce qu'ils voulaient... Sa famille voulait qu'il parte. Qu'il quitte le pays et les abandonne. Tout seul. Ce fut difficile d'avaler la pilule mais l'adolescent savait qu'ils ne voulaient que son bien. Mais que ferait-il tout seul dans un pays qu'il ne connaît pas ? Finalement, le coréen céda à la demande de ses parents qui le rassurèrent comme ils le pouvaient en lui expliquant le peu qu'ils connaissaient de la Corée du Sud.

Après un véritable parcours du combattant et une angoisse permanente durant plusieurs jours, Kyung Ae se retourna une dernière fois vers son pays d'origine, une pensée pour ses parents et sa petite sœur avant de poser les pieds dans le pays de la libération. Tout était si différent. Les gens souriaient, se parlaient. Ils étaient libres de s'habiller comme bon leur semblait. Des jeunes au loin riaient aux éclats. Les bâtiments étaient immense et d'une modernité à en couper le souffle. C'était clair, le soleil semblait briller nettement plus fort ici. Et c'est avec tristesse que le jeune garçon pensa à sa famille qui ne connaîtrait sûrement jamais ce paradis. Au début souriant et des rêves pleins les yeux, la réalité de la vie dans une société capitaliste lui éclata rapidement à la figure. Il erra dans les rues de ce qui semblait être Séoul, la capitale, dormant très peu à cause des bruits et de la peur. Depuis sa fuite, le nord-coréen a une peur bleue de croiser les autorités et d'être ramener dans son pays d'origine. Ce qui est en réalité impossible puisque ici, ils encourageraient presque tous les nord-coréens à faire la même chose.

C'est alors que, assis sur le bord d'un trottoir, maigre comme un pinson, il fit la connaissance de Bang Jin Ah. Une jeune et jolie sud-coréenne de son âge qui fut interpellée par son état épouvantable. Après avoir dialogué, elle lui proposa tout naturellement de venir chez elle. Un toit. De quoi manger et se mettre au chaud... Il ne connaissait pas cette demoiselle mais, comment refuser ? Et quelle ravissante maison elle avait. Le jeune garçon ne cessa de regarder les moindres détails autour de lui jusqu'à l'arriver de monsieur et madame Bang. D'abord effrayés et outrés que leur si jeune fille amène une personne de sexe masculin sous leur toit, ils prirent le petit en pitié lorsqu'il avoua enfin d'où il venait et ce qu'il avait traversé. Ses parents avaient eu raison, le ciel était avec lui. Cette famille était adorable et il ne leur fallu pas longtemps pour décider de devenir leur tuteurs officiels.

Kyung Ae fut inscrit au lycée mais durant les vacances d'été et toute l'année scolaire, il devait suivre des cours particulier pour rattraper son retard. À côté de ça, il voyait régulièrement un psychologue qui l'aidait à mieux vivre sa situation passée. Pour ce qui est de son intégration à son pays d'accueil, Jin Ah s'en occupait très bien. La petite demoiselle prenait soin de lui comme une véritable sœur et les deux adolescents étaient vraiment très complices. Le nord-coréen la considérait comme sa véritable sœur même si en y pensant, sa famille lui manque et il a honte même encore aujourd'hui de les avoir abandonné à leur sort. Même si en réalité, il n'y pouvait pas grand chose...
Finalement sa scolarité se déroula à merveille. Ses résultats étaient en progrès constants et le jeune homme faisait tous les efforts nécessaires pour s'en sortir. Ses parents avaient tout sacrifié et pris le risque de se faire prendre par les autorités nord-coréennes pour lui garantir un bel avenir. Alors il ne les décevrait pas. Son avenir serait aussi beau qu'ils le souhaitaient pour lui. Mais secrètement, il espérait que toute sa famille puisse en faire partie un jour. Qui sait, peut-être.

Son baccalauréat hautement mérité en poche, Kyung Ae envisageait de suivre un cursus universitaire en Australie, sur la Gold Coast. Ce qu'on disait à propos de son université était stupéfiant et cela représentait exactement ce dont il avait besoin. La jeune Jin Ah souhaitait également y faire ses études et les Bang n'hésitèrent pas une seconde à faire le nécessaire pour leur garantir une vie plus que convenable une fois sur place. Histoire qu'ils commencent à se familiariser avec ce pays inconnu, les deux jeunes gens partirent dès le mois de décembre. Ce mois-ci correspond au début de leurs grandes vacances et c'était une occasion en or pour découvrir la ville et ses alentours. Les chambres universitaires n'étant pas encore disponibles, ils dormirent à l'hôtel durant les deux mois de vacances. C'est à ce moment là que le nord-coréen fit quelques rencontres, dont une lorsqu'il partit faire les papiers nécessaires pour son inscription dans les deux cursus de son choix : les langues étrangères étaient passionnante et les arts de la scène semblaient être une évidence à ses yeux. Lui qui avait toujours rêvé de gloire et de succès à l'image des idoles de KPOP.

Cette nouvelle connaissance, un jeune australien de souche, lui fit visiter pas mal d'endroits et l'amena même en sortie avec lui et ses amis, lui permettant ainsi de faire un peu plus de connaissances. C'est un soir comme celui-ci qu'il rencontra celle qui deviendrait la personne la plus importante à ses yeux mais également la source de ses plus grandes tortures mentales. Kingsley W. Jynn, une jeune australienne d'origine coréenne avec qui il s'entendit immédiatement. Le courant passait très bien et le fait qu'ils puissent parler coréens les rapprocha un peu plus. Quelle n'aurait pas été sa surprise si on lui avait dit à l'avance qu'il tomberait amoureux de cette jolie demoiselle. Leur idylle dura un an. Une année plus que parfaite durant laquelle Kyung Ae était réellement heureux. À la fin de sa première année à la Gold University, les bonnes nouvelles continuèrent et non seulement il passait en deuxième année, mais il était également élu Golden Pupil... faisant de lui l'un des cinq meilleurs élèves de ce prestigieux établissement.

Sa vie changea à nouveau du tout au tout et le succès qu'il avait alors le surpris grandement. Les filles s'intéressaient un peu trop à lui et, bien qu'il s'en fiche complètement, ces étudiantes n'étaient pas décidées à lâcher l'affaire. Jynn, cette merveilleuse fille ne montra pas une once de jalousie. Sûrement une preuve de la confiance qu'elle avait envers son petit-ami. Néanmoins, de plus en plus proches, le petit couple en vint à une interrogation des plus sérieuse... La jeune femme voulait qu'ils s'installent ensemble. C'est là que le nord-coréen eut comme un électrochoc. Son passé lui revint en tête et il eut honte de ne jamais lui en avoir parlé. Et il préféra rompre plutôt que d'avoir à lui avouer qu'il était un horrible monstre ayant abandonné sa famille dans un pays où les droits de l'homme sont inexistants. Cette rupture lui fit beaucoup de mal, et encore aujourd'hui alors que pratiquement un an s'est déroulé, il n'arrive pas à oublier. Quand il la croise, son cœur bat la chamade et il est pris d'une intense envie de courir vers elle, acceptant sa proposition d'il y a un an et lui avouant tout ce qui le concerne. Malheureusement, lorsque cela arrive elle semble le fuir et c'est peut-être pas plus mal pour elle...

Aujourd'hui en troisième année, cela fait également trois années consécutives qu'il fait parti des Golden Pupils tout comme ses camarades d'ailleurs. Indétrônable ? Très certainement, et il compte bien le rester jusqu'à la fin de ses études. Concernant Jin Ah, ils sont toujours aussi proche même si étrangement, elle prit très mal le fait qu'il soit en couple il y a un an. C'est désormais passé et leur complicité d'antan est revenue à la normale.

WHO ARE YOU BEHIND YOUR SCREEN ?
PSEUDO: Hyonie.
ÂGE: 19 ans.
FRÉQUENCE DE CONNEXION: Sept jours sur sept, môsieur !
OU AVEZ-VOUS DÉCOUVERT LE FORUM ? Il me semble que je l'ai créé suite à une folie définitive.
UN MOT A AJOUTER ? Who run the world ? Bah, vous & nous. ♥



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

choi kyung ae ⊱ empty vessels make most noise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
welcome to australia.
 :: hey you, who are you ? :: your papers are okey !
-
Sauter vers: